Le Cucciolo

                                               

mon cucciolo

mon Cucciolo

                              

Ducati SSR
48-cucciolo-1950-1-copie-1f94deb.jpg                                             
   Le même présenté par son nouveau propriétaire lors des 30 ans du Ducati Club de France

 

Pendant que ma 500 GTV était en cure chez Charlie Fry, j'ai remis en état de marche ce Cucciolo T1 Siata Ducati de 1946, monté sur une bicyclette Camille Daudon, un fabriquant de cycles Français très réputé de l'époque, qui a aussi produit des tandems à moteur Cucciolo.
Je l'avais récupéré en triste état avec le cadre et la fourche tordus au fond du garage d'un copain mécanicien qui tenait un petit magasin de motos et négocié l'affaire pour 500 € sous condition qu'il démarre. Et avec une bougie et de l'essence neuves, j'ai fini par réussir à le faire démarrer !
Après quoi, j'ai fait la vidange, procédé à quelques réglages (allumage, carburation, embrayage) et usé un peu d'huile de coude pour redonner son lustre à l'ensemble. Malheureusement, en période de vaches maigres, j'ai dû m'en séparer rapidement après quelques brefs essais.



Petite histoire du Cucciolo:

Le tout premier moteur fabriqué par Ducati SSR (Societa Scientifica Radio Brevetti) à partir de 1946 sous license Siata, le début de l'histoire...
.

cucciolo-siata.jpg

Le Cúcciolo fut présenté en Juillet 1945 par Siata sous la forme d'un moteur auxiliaire de bicyclette vendu en kit. Il a été nommé "Cúcciolo" (chiot en italien) à cause de son bruit caractéristique qui rappelait l'aboiement d'un petit chien. Siata était une entreprise de Torino spécialisée dans la fabrication de pièces spéciales pour les moteurs d'automobiles et d'avions.
Conçu dans son principe par le directeur commercial Aldo Farinelli, qui en déposa la license avec Enzo Forio, son beau-frère ingénieur, il a été dessiné par Aldo Leoni, un ingénieur autodidacte qui était le directeur de projets de Siata. C'est Farinelli qui eut la bonne idée de faire le choix d'un quatre temps. Farinelli était un avocat passionné d'automobile qui s'était lancé conjointement dans les affaires avec Siata.
Une étude de moteur auxiliaire avait été proposée auparavant à Siata par l'ingénieur Giuseppe Remondini, le créateur de Jonghi, mais c'était un 2 temps et il n'avait pas été retenu (voir en lien).

t1-siata.jpg                                                                    le T1 Siata d'origine avec les ailettes incurvées
 
La fantaisie italienne:

L'architecture de ce bloc-moteur était unique et très particulière. En dehors du fait que c'était le seul moteur auxiliaire 4 temps proposé sur le marché, il se caractérisait par ses carters à plan de joint horizontal, un dessin très rare sur un mono-cylindre. De plus, la culasse, le cylindre et le 1/2 carter supérieur étaient d'une seule pièce. Le vilebrequin était fixé sur le 1/2 carter inférieur d'aspect fragile. Deux couvercles latéraux supportant la transmission venaient fermer et rigidifier l'ensemble. Aldo Leoni dut également concevoir son propre volant magnétique car aucun de ceux qui existaient à l'époque ne pouvait convenir au dessin hors normes de ses carters.
La sélection des rapports de la boite à deux vitesses, du type à vérouillage par billes à l'intérieur des pignons d'arbre primaire, reprenant le système de Jonghi, était également unique et se faisait par une action combinée sur le pédalier et le levier d'embrayage. Grâce à une sorte de came-tambour solidaire du pédalier, celui-ci faisait office de sélecteur à trois positions, à condition que le levier d'embrayage soit tiré. Moyennant un peu d'entraînement du pilote, cela fonctionnait assez bien pourvu que le mécanisme soit parfaitement réglé. Les pédales pouvaient entraîner la roue pour le démarrage ou pour s'aider à gravir une pente particulièrement raide. De même, en position point mort, le Cucciolo pouvait être entraîné par les pédales comme un simple vélo.
Enfin, le carburateur Feroldi était actionné par un petit levier fixé au guidon qui conservait sa position sans qu'on soit obligé de le maintenir poussé. Comme ça, le Cucciolo continuait à avancer lorsquon lâchait le gidon et les Italiens pouvaient s'exprimer librement avec les mains ...

 

une publicité
 

coupe T1.GIF         pa-mo-siata-011.jpg  

   

le T1: l'ensemble culasse et cylindre est d'une pièce avec le 1/2 carter supérieur    
une photo extraite de cette gallerie


Mais ce "bicimotore" remporta d'emblée un tel succès qu'en 1946, faute de place chez Siata et dans le cadre de la politique nationale de relance industrielle, la production de ces T1 (Tipo 1) fut rapidement sous-traitée sous license à Bologna, chez Ducati Societa Scientifica Radio (les T1 Siata Ducati), et aussi à Cameri, près de Milano, dans les usines de l'ancien constructeur d'avions Cansa (les T1 Siata Cansa). Les moteurs construits chez Ducati et Cansa comportaient quelques modifications au niveau de la distribution et des ailettes de cylindre. Finalement, très peu de Cucciolo ont été fabriqués chez Siata, environs une centaine, alors que Ducati SSR en produisit 15.000 exemplaires dès la première année en 1946.

atelier-cucciolo.png

                                                 l'atelier de montage des moteurs Cucciolo chez Ducati SSR

Un extrait du site officiel Ducati: "En 1946 le lancement du Cucciolo Ducati fut accompagné d'une campagne publicitaire plutôt insolite. Pour rendre ce vélomoteur plus familier, on décida d'écrire une chanson ayant pour thème le Cucciolo. C'est ainsi que le Maître Oliviero Rastelli composa: « Ti porterò sul Cúcciolo » (Je t'emmènerai sur le Cucciolo), un agréable refrain qui devint très vite populaire dans toute l'Italie."

ducati-cucciolo-3.jpg
Ce Cucciolo T1 Siata Ducati de 1946 est donc le tout premier moteur produit en série par Ducati et c'était déja un 4 temps.

cucciolo-1.jpg

Par la suite, une version plus moderne et rationelle fut produite chez Cansa, le T2 SC (Siata Cansa). Le cylindre était toujours solidaire de la culasse, mais il était séparé du carter qui étaient désormais en forme de tunnel avec un couvercle démontable du coté gauche. Certains organes internes avaient été modifiés et le volant magnétique venait de chez Marelli. Plus cher, il était plus robuste et surtout plus simple à démonter pour l'entretien. Sur les tout premiers T1, pour régler les jeux de soupapes il fallait décrocher les tiges de culbuteurs et pour déposer les soupapes il fallait ouvrir les carters...

                                                                                 le T2 Cansa    t2-cansa.jpg   


Mais Cansa, en restructuration, arrêta la fabrication des T2, et fin 1947, Ducati SSR racheta la license de fabrication de ce moteur pour en devenir le constructeur exclusif.  



En 1948, Giovanni Fiorio, le premier ingénieur en chef de la nouvelle ère Ducati, fut recruté. Bruno Cavalieri Ducati, à la tête de l'entreprise en difficulté et gérée par un syndic, lui confia alors la conception d'une nouvelle version du Cucciolo, le T2 Ducati. Proche du Cucciolo Siata Cansa, il comportait des nervures sur les cotés du carter, un volant magnétique "maison" et un carburateur Dellorto.

Bruno ducati                                                                                        Bruno Ducati

D'une fiabilité irréprochable, il était très souple et ne consommant guère plus d'un litre aux cent kilomètres d'essence pure. Il développait 1,25 hp à 5500 rpm (le triple du Vélosolex de 1946). Grâce à ces qualités, il surpassait tous ses concurrents à deux temps (2 stroke), ce qui explique son immense succès. Les 2 temps consommaient plus, étaient moins fiables et nécessitaient la corvée de mélange à faire soi-même.
Il existait également un kit "sport" 50 cc destiné à la compétition, avec un taux de compression plus élevé, qui permettait d'augmenter la puissance de 1,25 à 2 hp. Grâce à ce kit, certains Cucciolo préparés dépassaient 60 Km/h en pointe. Les courses sur route réservées aux 50 cc étaient très populaires en Italie à l'époque.

                                         

En 1949 Ducati proposa aussi le "T0", une version économique moins puissante mais plus coupleuse, dépourvue de boite de vitesses. Il ne rencontra pas un grand succès à cause de ses performances médiocres. Par ailleurs en 1950, des modifications seront apportées au T2 pour améliorer son fonctionnement et sa fiabilité dont une distribution à deux cames. A cette occasion, il sera renommé "Ducati T50".

                                      cucciolo-explose-1-1.jpg le T2  Ducati

moteur-cucciolo-t2.jpg   Eclate cucciolo 1

carter Cucciolo                 cucciolo-5d3f-1.jpg T2  Rocher-AGF avec capot       siata-cansa.jpg un T1 démonté               Distribution t1               Distribution t2

Les tiges qui travaillent en traction pour ouvrir les soupapes et le système à came unique que l'on trouvait sur les premiers moteurs. A droite, la distribution du T2 Ducati modifiée avec 2 cames.


Le montage de la trannsmission est très particulier: les cames sont solidaires d'un arbre intermédiaire creux qui porte également les pignons de transmission primaire. L'arbre secondaire de boite de vitesses (le plus haut) est dans le même axe que l'arbre intermédiaire et le pédalier, avec une chaine de transmission unique et une roue libre (rep.32) afin que le pédalier puisse entraîner l'arbre secondaire, mais que l'inverse soit impossible.


                                          Cucciolo explose02 1           Transmission cucciolo    

        Cucciolo pg1 1               

Un T2 de premier type ouvert. Sur la première photo, on distingue l'arbre primaire avec l'embrayage en bas à droite et sur la seconde photo, l'arbre creux avec les deux pignons intermédiaires et une seule came de distribution. Remarquer également les roulements à rouleaux dépourus de cages et le tambour de séléction à l'arrière.

                                                                       (voir d'autres photos en bas de page de ce site)

Du fait de la relance industrielle après la guerre, il y avait une forte demande populaire pour un moyen de transport pratique et économique. C'est pourquoi les BMA (bicyclettes à moteur auxiliaire) étaient très répandus à cette époque, ils seront à l'origine des premiers vélomoteurs, appelés ensuite cyclomoteurs pour mieux les distinguer des BMA. Honda assembla également des bicyclettes à moteur auxiliaire en 1946, avant de produire ses propres moteurs, ce fut le début de son histoire. 
Ainsi, en plus des marchands de cycles qui installaient le kit Cucciolo sur les bicyclettes de leurs clients, de nombreux artisans ont construit des vélomoteurs avec suspensions équipés de ce moteur, en Italie, en Espagne, au Portugal, en France, en Angleterre, en Tchécoslovaquie et aussi aux USA et en Argentine. A l'époque, des Cucciolo ont été montés à toutes les sauces, par exemple sur des machines de compétition, des tandems, des scooters et même un fauteuil roulant.

C'est bien sûr en Italie qu'ils furent les plus nombreux. Les plus connus étaient les CCC d'Arco (voir plus bas), les Necchi, les Faggi, les Musa "Musetta", les Battaglia et les Motoclipper de Milano, les Omnisport-Camusso de Torino, les Teloflex de Novara, les Lepretta de Follonica et les Giuseppe Bianchi de Firenze. Les frères Nino et Giuseppe Verlicchi fabriquèrent également à Bologna des cadres entièrement suspendus pour les T2 et T3.


cucciolo-zoppoli.jpg         scooter-cucciolo-zoppoli.jpg                Cucciolo t2 italiens

           scooter Zoppoli à moteur Cucciolo

                                                                                     ducati-britax-01.jpg

et cet incroyable Cucciolo "Hurricane" de records de vitesse construit par Britax qui importait ces moteurs en Grande Bretagne

                          (source de cette photo)

rocher-eriac.jpg   cuciolo-moteur-rocher.jpg   

vilar-cuciolo-cabeca-de-cavalo-1950-jose-antonio1.jpg

un Cucciolo Eriac M.Rocher  et un Cucciolo Vilar Portugais (source de cette photo)

 

Les Cucciolo construits en France par Eriac, associé de M.Rocher qui fabriquait ses propres moteurs T2 sous license, étaient très appréciés.

Cucciolo rocher
Rocher


                                                                                Cucciolo Rocher


Mais il y en a eu beaucoup d'autres comme les Elvish (ci-dessous), les Zwang, les Oscar Egg, les Radior, les AGF, les Pitard, les Breton "Babymoto" ou les Cointot Frères (photo en lien).

Elvishmopedrevue3
La plupart des constructeurs Français utilisaient des moteurs M.Rocher. Plus tard viendront les Vial de Grenoble avec des moteurs T3. 

 

baby-cucciolo.jpg

cucciolo-agf.jpg


Au Portugal aussi dès 1950, Vilar assemblait à Porto de jolis vélomoteurs motorisés par des T2.


Vilar cucciolo ducati jf motor                                                             un étonnant moteur sans numéro sur un Cucciolo Vilar

Certains Cucciolo, comme les AGF et et les Vilar, comportaient un petit capot de protection au dessus des culbuteurs et des ressorts de soupapes exposés aux intempéries sur les modèles "standard". Le graissage des culbuteurs se faisait tout simplement à la burette. 

cucciolo-avec-capot.jpg

 

Les Cucciolo CCC: 

En Italie en 1946, durant une brève association avec Ducati SSR, Aero Caproni, une entreprise de construction d'avions, fabriqua dans son usine d'Arco des cadres (frames) pour Cucciolo entièrement suspendus, dont le dessin était dû à l'ingénieur Capellino. L'assemblage avec les moteurs T2 se faisait conjointement chez Caproni ou chez Ducati et ces modèles étaient vendus sous la marque CCC (Cicli Capellino Caproni).

cucciolo-caproni.jpg   cucciolo-caproni-1.jpg 

Par la suite, Caproni produisit des motos sous la marque Capriolo avec des moteurs de sa fabrication, tout en fournissant à Ducati jusqu'en 1950 des cadres monopoutre et des chassis-coque destinés à des vélomoteurs et motos legères.

 

vélomoteurs Ducati équipés de moteurs de 48 cc dans des chassis Caproni 

 

 ducati48.jpg        le Ducati 48        ducati-48-mot.jpg

ducati-cucciolo-m55.jpg    deux versions du M 55   ducati-m-55-1.jpg




Enfin le T3:

En 1948, une version 60 cmrenommée T3 et développant 2,25 hp à 5000 rpm, fut lancée. La cylindrée sera ultérieurement augmentée à 65 cc et même 75 cc pour la compétition. Ce moteur, qui conservait de nombreux points communs avec le T2 dont le carter moteur, était d
oté d'une boite de vitesses à 3 rapports commandée par un sélecteur au pied et équipé d'un kick-starter. De plus, les culbuteurs était placés sous un carter étanche. Il équipa des petites motos à cadre tubulaire classique qui atteignaient 60 Km/h (photo en lien).
Caractéristiques: alésage course: 42 x 43 mm   compression 8/1   carburateur Weber 15 MFC

(voir de magnifiques photos de Cucciolo T2 et T3 sur ce lien)

 

 

pa-mo-60tl-001.jpg 
                                                                                            un T3 60 dans un cadre Caproni
 

                  T3 engine        Cucciolo T3 

                                                              le moteur 60 T3         

                         Cucciolo racing 1 

 Cucciolo T3 racing (voir la collection "Old Racing Spare Parts")


Mais en 1949, Ducati SSR passa entièrement sous le contrôle de l'état par l'intermédiaire de l'IRI (Institut national de reconstruction industrielle) et les frères Ducati durent alors se concacrer à d'autres activités. Adriano, le scientifique qui avait créé les premiers condensateurs "Marens" dans les années 20, partit travailler pour la NASA aux USA.


                                      ducati-60-1.png   

    ducati-60-2.jpg      Ducati 60 advert

Le Ducati 60 sortira en 1950, ce sera, après un triporteur, la première machine complète assemblée à Borgo Panigale et portant la marque Ducati (seuls les cadres étaient produits en sous-traitance).

                              triporteur-ducati-1.jpg   un triporteur Ducati

En même temps, des moteurs 60, et plus tard des 65, seront vendus à de petits constructeurs comme Vial et Motoclipper. Enfin, des T3 de 48 cc équipés d'un cylindre de T2 avec un capot sur les culbuteurs seront proposés comme moteur auxiliaire. Ils seront également utilisés sur le Ducati 48 (photo ci-dessous).
 Cucciolo t3
Quant au T2, toujours au catalogue, il sera rébaptisé T 50 en 1950 malgré ses 48 cc, comme le M 55 à moteur T2 proposé en 1955.   

Cucciolo t50


 

cuccilio-pa-0031.jpg  

le 60 Vial à cadre Verlicchi construit à Grenoble

L'association avec Caproni ayant tourné court en 1950, Ducati se lança pour la première fois dans la conception de ses propres parties-cycles en faisant fabriquer les cadres chez Verlicchi. Le 60 Sport, suivi par une version 65, sera la première machine entièrement conçue par Ducati.
Par la suite, la fabrication des cadres des différents modèles de Ducati continuera à être sous-traitée principalement chez Verlicchi et aussi chez Daspa (actuellement DM Telai).

 

   
                                         le 60 Sport    
 ducati-60-sport-1.jpg                 


65 sport

                                                                                                        Le 65 Sport

Par ailleurs, lors de tentatives de record en 1952, une vitesse moyenne de 77,7 Km/h sur 1 Km départ lancé sera atteinte par un T 50 spécialement préparé, qui établira à cette occasion plusieurs nouveaux records du monde dans sa catégorie. De nombreux autres records seront établis par des Cucciolo.

                            Cucciolorecord2              Record cucciolo


En Espagne entre 1955 et 1956, la Casa Cliper de Barcelone dirigée par Eusebio Virgili, importa d'Italie des moteurs 65 T3. Elle assembla des vélomoteurs et de triporteurs qui étaient vendus en Espagne sous la marque Ducati (photo ci-dessous). En 1958, Virgili sera à l'origine de la création de Mototrans en association avec Maquitrans.

Ducati 65 tl cliper 1

On peut s'interroger sur un éventuel lien entre "Cliper" et "Motoclipper". Virgili a peut-être racheté le stock de moteurs de Motoclipper lors de sa mise en liquidation en 1955.

motoclipper-1.jpg  le 60 Motoclipper de Milano


La production des vélomoteurs 48 cc et des motos légères 60 et 65 cc s'arrêta définitivement en 1956. Au total, avec 6 versions différentes de 1945 à 1956, le Cucciolo a été fabriqué à plus de 500.000 exemplaires. Bruno Ducati évoqua le chiffre d'un million en incluant les versions construites sous license.


ducati-65-t.jpg  
                                                                          le 65 T de 1953

A la même époque, un autre moteur auxiliaire de vélo, le Lohmann, à été construit en Allemagne de 1950 à 1954.
C'était un étonnant petit 2 temps de 18 cc (28 x 30 mm) à allumage par compression avec un rapport volumétrique variable manuellement (par une poignée tournante au guidon) de 125/1 pour le démarrage, à 8,5/1 pour la vitesse maximum (30 Km/h). Il développait 0,82 hp à 4900 rpm, soit 44 hp/litre (régime maxi: 8500 rpm).
Le Vélosolex 330 de la même époque développait 0,5 hp à 2500 rpm avec une cylindrée de 49 cc.
Contrairement à la publicité de Lohmann, c
e n'était pas un Diesel, puisque l'alimentation se faisait par une sorte carburateur (un mélangeur). C'était un moteur HCCI (Honda a utilisé avec succès un 2 temps HCCI au Paris Dakar 1995 avec la 400 EXP-2).
Par ailleurs, c'est avec un mélange de 50 % d'huile de paraffine, plus 30 % d'essence, un peu de gas-oil et 5% d'huile 2 temps, que le Lohmann fonctionnait le mieux. La transmission était rudimentaire: ce moteur, dépourvu d'embrayage et de boite de vitesse, entraînait directemernt la roue arrière par l'intermédiaire d'un galet qui pouvait être désengagé au besoin. Le démarrage se faisait en pédalant.
En comptant les moteurs fabriqués sous license, le Lohmann a été produit à plus de 150000 exemplaires et il s'en est vendu dans toute l'Europe.
(voir également ces pages à ce sujet).

                    Lohmann18cc         Lohmann



En 1954, un certain Fabio Taglioni arrivera comme ingénieur en chef chez Ducati Meccanica, crée en 1952 lors de la cission de Ducati SSR en deux unités indépendantes (Ducati Meccanica et Ducati Elettrotecnica) toujours placées sous le *contrôle de l'état. La direction générale de Ducati Meccanica fut confiée à Giuseppe Montano. C'est à lui que l'on doit le lancement des premières "vraies motos" chez Ducati avec l'arrivée du 98 en 1952.
*Ducati restera sous le contrôle de l'état jusqu'en 1978. La firme fut alors rattachée à VM, un fabricant Italien de moteurs Diesel.


Taglioni commencera par apporter quelques améliorations au 98 à culbuteurs. Une version "sport" équipée d'un radiateur d'huile, le 98 S, sera lancée.
 

                                                 ducati-98.jpg

 Taglioni avec un pilote de l'époque durant les essais du moteur 98 S

L'année suivante, il présentera le premier monocylindre Ducati à arbre à came en tête et couples coniques (bevel gear) en deux versions: les 100 et 125 Gran Sport, ses premières créations chez Ducati. Une nouvelle ére commençait chez Ducati.

montano-et-taglioni.jpg


cinquième et septièmes en partant de la gauche, Montano et Taglioni

 



Si le Cucciolo vous interesse voilà de la documentation:


Caractéristiques des T1 et T2:

cycle: 4 temps
construction: bloc moteur en aluminium avec plan de joint horizontal sur les T1 et vertical sur les T2, culasse solidaire du cylindre en alliage "Silumin" chemisé fonte, refoidissement par air

cylindrée: 48 cc, alésage 39 mm, course 40 mm
taux de compression: 5,5/1 à 6,5/1 selon modèle
distribution: 2 soupapes parallèles en tête Ø 12 mm et tiges de culbuteurs travaillant en traction
puissance: T1 = 0,8 hp  T2 = 1,25 hp  (puissance constante de 4500 à 5500 rpm)
carburateur: Feroldi Ø 8 mm sur les T1 Siata, ensuite Weber sur les T1 Ducati et Dellorto sur les T2 Ducati (Ø 14 mm à papillon avec diffuseur de 9 mm) ou Weber 14 MFC, Zenith 12 MS à boisseau sur les Cucciolo Rocher
capacité du réservoir d'essence: 2 litres (autonomie 160 Km)
allumage et éclairage: volant magnétique 6 volts 12 Watts marque Siata sur les T1 Siata, Marelli sur les T2 Cansa, puis Ducati sur les T2
démarrage: par le pédalier avec un décompresseur
graissage: par barbotage, capacité 0,3 à 0,4 litre d'huile minérale
embrayage: multidisque en bain d'huile
boite
de vitesses: à 2 rapports, du type à vérouillage par circulation de billes à l'intérieur des pignons
sélection des rapports: par action combinée du pédalier et du levier d'embrage et en option sur les T2, commande par levier au réservoir ou par câbles et poignée tournante au guidon
transmission secondaire: par chaine unique depuis l'axe de pédalier avec une roue libre
(si la bicyclette comporte un dérailleur, il est possible de le conserver, mais à cause de la roue libre il n'y a pas de frein moteur)

poids du moteur: environs 8 Kg.



Pièces de rechange:

pièces diverses      rupteurs d'allumage
 
pochette de joints chez Athena et aussi chez Classic Racing et encore chez Bevelheaven

le volant magnétique se dépose tout simplement à l'aide d'un extracteur de pédale de vélo que l'on trouve en supermarché

Documents divers:

le manuel d'utilisateur et le catalogue de pièces de rechange:

sur ce lien


cette superbe gallerie de photos de Phil Aynsley

ce site Tchèque avec de belles photos

le site "Mopedland" sur lequel on trouve quelques fournisseurs de pièces de rechange

un excellent site en anglais très complet et aussi cet article sur le Tandem cucciolo Camille Daudon

Bevelheaven       

Cucciolo Club  (traduction page de garde)  à voir un article en Français intéressant dans la rubrique "manual"

un essai complet ! et sa traduction (site: "The moped archive")

"elrectaguloenlamano": un article intéressant sur le Cucciolo

 

 

cucciolo-201.jpg cucciolo-204.jpg   

                             extraits d'un article sur le Cucciolo Rocher
 

Et puis ce texte intéressant: moteur-Cucciolo1.doc (traduction approximative du Tchèque par "Google Translate").
 




Il y a eu tellement de Cucciolo produits, qu'on en trouve toujours d'occasion (compter environs 2500 Euros pour un modèle en bon état) et il y a même en Italie sur les brocantes des spécialistes qui vendent des pièces, des moteurs reconditionnés et des kits "racing", avis aux amateurs !

 

 

75-cucciolo-1.jpg

 Le cucciolo T3 spécial préparé dans les années 70 par Morbidelli: arbre à cames en tête et couple conique

pa-2011-cucc-001.jpg

                                                                                       d'autres images sur ce lien

 

Photos Elsberg Tuning (Dannemark) d'un T3 modifié: double arbre à cames !
(source de cette photo)

 

Il en existe montés sur des VTT...


             siata-emblem-mc.jpg

 

Un engin rigolo dont la vitesse "de croisière" se situe aux alentours de 35 Km/h mais qui, brièvement et sur route bien plate, peut atteindre 50 km/h. Le démarrage se fait sur la seconde vitesse en pédalant et en s'aidant du décompresseur, comme pour une Mobylette. Le changement de rapport de la boite de vitesses s'opère par une manoeuvre combinée de l'embrayage et du pédalier, qui actionne la sélection suivant sa position, lorsque le levier d'embrayage est tiré: séances d'entrainement nécessaires ! Toutefois il existait en option des commandes plus pratiques, par levier à coté du réservoir et aussi par câbles et poignée tournante au guidon, comme les cyclo-sport des années 60 (photo de droite, Musée Ducati).
 

     cucciolo-ducati-museum-5.jpg

ci-dessus à gauche: moyeu arrière optionnel Siata, avec tendeur de chaine et frein à tambour, monté sur un Cucciolo à cadre spécial. Il venait remplacer le dérailleur et comportait deux vitesses. Avec la boite de vitesses, cela procurait deux rapports courts et deux rapports longs.

                                                    mon T1 Siata Ducati 1946

 

 

 

 

                   Le kit complet


 cucciolo.jpg

cucciolo-2.jpg

 

concours de design Ducati 2004

 

Haut de page

Date de dernière mise à jour : 24/03/2020

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site