Bienvenue sur le site Ducati parallel-twins  !

     

500


Ces pages sont dédiées aux parallel-twins, ces mal

aimés des "Ducatistes",

mais aussi à certaines époques de l'histoire de la Marque,

à la distribution desmodromique et aux beaux moteurs. 
 


Notas:

-Après des années de misère au cours desquelles la plupart des images avaient disparu de ce site, il est enfin réparé au prix d'un long travail. Alors, mille excuses et bienvenue à ceux que cela rebutait.
-Par ailleurs, ce site a été créé par erreur dès le début avec une taille de caractères trop petite et ce serait extrêmement compliqué d'y remédier à présent. Mais vous pouvez facilement l'augmenter: sur Google Chrome c'est faisable en agissant sur "paramètres", "paramètes avancès" et "taille de police". Ajustez ensuite le zoom suivant la largeur de votre écran.
-D'autre part, il est traduisible directement dans toutes les langues officielles du Monde par le lien "Translate" du menu (peut-être à condition d'utiliser Google).

-Pour utiliser le menu horizontal en haut de page difficile d'accès en version traduite, cliquer sur le lien en Français sous "original French text", ça traduit quand même.
-Enfin, pour supprimer la publicité en l'absence de croix en version traduite, faire clic droit sur la publicité et "actualiser le cadre".




                     img144.jpg           ducati-175-twin-2-3.jpg                                                                                           

 
       

                                                                    prototype de 1973
 

Quoi qu'en disent certains passionnés de la Marque de Bologne, les parallel-twins de série produits de 1975 à 1980, ces "vilains canards", sont bien des Ducati. Même si elles ne sont pas signées "Taglioni", ces machines ont leur charme et ne sont pas si mauvaises.
De plus, elles sont parmi les moins chères des Ducati sur le marché des motos anciennes. Mais de nos jours, les plus belles sont recherchées et les prix tendent à augmenter. Pour une machine en parfait état, comptez 4000 € pour une 500 Sport desmo et 3000 € pour une 500 GTV (à comparer avec les 30 000 € d'une Mille Hailwood Replica).

 

                                                 eclaté-500-desmo.jpg

Ne soyons pas sectaires, elles sont loin d'être parfaites,
mais c'est le cas de beaucoup d'anciennes.
Surtout, elles sont rares parce que fragiles, beaucoup ont disparu.
Un jour, il faudra préserver cette espèce en voie d'extinction !
De plus, certaines pièces de rechange sont introuvables en neuf
et la plupart de celles qui sont proposées sont usagées.
Un chapitre de ce site y est d'ailleurs consacré.

Leur mauvaise réputation vient des nombreuses avaries
de moteur survenues principalement sur les premières
séries et dues à la fragilité du vilebrequin, à des problèmes
de lubrification au niveau de la distribution
mais aussi 
à la mauvaise qualité des fonderies.
Certains humoristes les ont même surnommées  "paralyzed twins" !
 

Mais il n'y a rien d'irrémédiable et une fois fiabilisées (rubrique "mécanique"),
elles peuvent marcher très bien à condition de les entretenir et de les ménager.
Personnellement, après quelques déboires c'est vrai,

dont une rupture de carter dûe à un défaut de fonderie,
je m'amuse bien avec ma GTV (rubrique "ma 500 GTV").

   

50400046.JPG

Elle fait un joli bruit, ses performances sont correctes,
elle tient parfaitement la route et freine bien.

​J'ai eu l'occasion de l'emmener faire quelques tours sur circuit
lors des 30 ans du Ducati Club de France en 2010,
elle et moi on a beaucoup aimé.

Bref, que du bonheur et le plaisir de rouler sur
un engin original, mais aussi de réussir à faire marcher      

quelque chose de difficile à force de patience.
C'est un challenge un peu fou,
mais plus on en est... 

  

                                                               moteur.jpg   


Alors si vous possédez une de ces machines, soyez fier car c'est un objet rare en particulier si c'est une GTV . On voit surtout des 500 Sport desmo, c'est le modèle qui s'est le mieux vendu.
Et par pitié si vous décidez de vous en séparer, ne la ferraillez pas, vendez la entière ou en pièces même si c'est une épave. Vous trouverez toujours des amateurs qui cherchent désespérément des pièces de rechange même usagées.
    
                                                                


500 sd 1
 

En fin de compte, ce twins parallèles produits de 1975 à 1980 auront été les uniques machines de ce type
produites en série par Ducati et aussi les seules "non-Taglioni" de cette époque,
mais également les dernières non-desmo avec les GTL et GTV en même temps que
la 860 GTS lancée en 1974, et surtout le plus grand "flop" commercial de l'histoire de la marque !

De toutes façons, pour aimer ces motos il faut remplir plusieurs conditions:
être un peu mazochiste, aimer les Italiens avec leur fantaisie,
aimer (beaucoup) la mécanique et les défis impossibles.


Alors si vous souffrez du même mal que moi et si vous partagez ma passion, ce site est pour vous !

 

Traduction: ce site peut être traduit automatiquement dans presque toutes les langues par le lien "Translate" du menu qui renvoie directement à "Google Traduction", d'où certains termes et noms propres arrangés pour: 
(hp pour cv, rpm pour Trs/min, moteurs M.A.N. pour moteurs Man par exemple). Par contre, les videos ne s'ouvrent plus en versions traduites.

Par ailleurs si vous utilisez Google Chrome (le meilleur à mon avis), certains liens sont traduisibles par clic droit, "traduire en français", mais ce moteur de recherche traduit souvent automatiquement.
J'ai quand même inclus une page "Google Traduction" dans le menu "autres pages" pour vous faciliter la tâche au cas où. 


J'ai essayé de réunir dans divers chapitres tout ce qui peut être utile et intéressant de savoir au sujet de ces parallel-twins.

D'autres chapitres sont consacrés à l'histoire de Ducati, à différents twins d'autres Marques, à la distribution desmodromique et à divers aspects techniques ou historiques parce qu'il existe peu de choses sur le net en Français à ce sujet et que tout le monde n'a pas les moyens de s'acheter les livres qui en parlent
. De plus, la plupart sont en Anglais.

Pour illustrer ce site j'ai inséré de très nombreux liens dans les pages. C'est un choix, je sais bien que certaines pages web sont éphémères. Quant aux photos en lien, j'ai atteint mon maximum de stockage d'images en version gratuite, mais j'ai trouvé récemment un autre moyen pour stocker et insérer des images.
J'ai aussi inclus un moteur de recherche propre à ce site dans le menu horizontal, mais il est inutilisable en version traduite.

J'ajoute que je n'ai aucune prétention d'historien. En plus de ce que je savais déjà, j'ai simplement fait une synthèse de ce que j'ai trouvé dans des livres, des revues et sur Internet. Et si je trouve des fautes de frappe, des erreurs ou de nouveaux documents, je procède à des mises à jour. Je consacre du temps à faire des recherches sur Internet pour enrichir ce site ou apporter des précisions.

J'ai débuté en moto en 1972 avec une Ducati, une 250 desmo gris pailleté que j'ai achetée neuve (photo après peinture). Par la suite, j'ai usé mes fesses sur sur quelques Japonaise d'occasion je l'avoue, puis sur une Ducati 900 SS à couples coniques (bevel gears in english) noir et or achetée neuve en 1978 (photo avec la coque NCR), un vrai régal. Plus récemment, j'ai fait l'emplette d'une 650 Pantah d'occasion de 1984 (ci-dessous lors d'un rassemblement), ma meilleure Ducati avec la 900 SS. Lorsque j'ai acquis ma 500 GTV en 1986, je partageais une 600 Pantah avec ma femme.

nous3-1.jpg

J'ai aussi roulé quelques temps sur 900 SS à carburateurs d'occasion de 1992, puis sur 1000 Multistrada achetée neuve en 2004 et accessoirement sur une 500 desmo Ducati Mototrans et sur un Cucciolo 50 Siata Ducati de 1946 (ci-dessous), ça me fait un total de 9 Ducati dans ma vie de motard.

mon cucciolo

Ma passion remonte à 1964, lorsqu'à 12 ans j'ai vu des Ferrari de Formule 1 avec leurs magnifiques V12 dans le magazine L'Automobile. Je suis tombé en extase et immédiatement j'ai voulu tout savoir sur les moteurs.
En 1966, est arrivée la revue Champion qui traitait de sport auto et moto, c'est là que j'ai découvert Ducati et qu'est née ma passion pour les motos. Par chance, il y avait un concessionnaire Ducati
à coté de chez moi, Val d'Oise Compétition qui, comme son nom l'indique, préparait des motos pour la compétition. Plus tard dans les années 80, j'y ai vu des merveilles dont la 950 NCR de Mike Hailwwood (photo).
Au guidon de mon Solex, j'ai alors commencé à aller voir des courses de motos et de voitures. Quelle émotion la première fois que j'ai entendu à Montlhery le son d'un moteur de compétition ! De plus à l'époque, on pouvait parfois accéder librement au parc des coureurs et voir de près les mécanos de course affairés sur des machines déshabillées.
En 1967, j'ai assisté en Angleterre à une course de Formule 1. A cette occasion, j'ai pu entendre et même admirer de près une Ferrari 312 avec son superbe V12.
L'année suivante aux 24 Heures du Mans, un photographe m'a fait passer pour son assistant et durant la nuit, j'ai pu aller au bord de la piste et même accéder à l'intérieur du stand Ligier alors que les mécanos déposaient une culasse du V6 Maserati. Malheureusement, Ferrari n'a pas gagné cette année là.
Dans mon lycée technique il y avait une section brevet de technicien en mécanique automobile. Je n'ai pas résisté et m'y suis inscrit à l'insu de mon père. Deux ans plus tard, quand il a vu mon diplôme, tout ce qu'il a trouvé à dire a été: "Mais ce n'est même pas un bac !" (bachelor). Il m'a alors obligé à redoubler en section bac technique et incité à entrer dans la marine marchande. Ma passion pour les voitures et les motos de course lui faisait très peur.
Mais elle était intacte et avec l'argent de mon premier salaire de la marine, j'ai acheté en cachette en 1972 une Ducati 250 desmo au nom de ma sœur qui était majeure.
Ma 250 m'a emmené au Grand Prix de France au Castellet où j'ai vu gagner le grand Giacomo Agostini sur sa 500 MV Agusta. Ah, la musique de la MV 3 cylindres...
En 1978, j'ai pu m'offrir mon rêve, une 900 SS à couples coniques
qui m'a offert ma première grosse gamelle (fall) et permis d'aller assister à des Grands Prix de moto et de Formule 1 en France et à l'étranger. A cette époque, les Ferrari marchaient fort en F1 et en moto, c'étaient les 2 temps Japonais qui dominaient.

Pour revenir à nos Ducati, je suis également passionné par les L-twins à couples coniques (bevel gears) dont les superbes NCR, les 600 et 650 Pantah, les 750 TT F1, les premières desmoquattro comme la 916 que j'ai adorée lors d'un essai et les exploits de Ducati en compétition, David contre le Goliath Japonais. Faut pas déserpérer les gars, dans la légende c'est David qui gagne.

J'ai aussi un faible pour les beaux moteurs de motos et de voitures de course, en particulier les 12 cylindres comme ceux des Ferrari F1 des années 70 à 90 (rubrique "beaux moteurs"). Je m'intéresse également aux quelques desmo ayant existé chez d'autres constructeurs que Ducati, à tout ce qui concerne la distribution desmodromique (rubrique "le desmo"), aux moteurs peu connus, bizarres ou extraordinaires, 
aux sports mécaniques de toutes sortes et aussi à l'histoire des inventions dans le domaine technique en général. Alors désolé pour les longueurs et les parties hors-sujet de ce site, mais quand quelque chose me passionne, je ne sais pas m'arrêter.

Au départ, j'ai créé ce site pour pouvoir accéder facilement à tous mes liens et documents concernant ma 500 GTV. Maintenant, il me sert à occuper agréablement mon temps libre de retraité tout en continuant à rouler en Ducati ancienne, ça maintient en vie.
Et même si je m'efforce de soigner la présentation, pardon pour les petits défauts de mise en page, j'essaye de les corriger mais l'informatique comporte encore quelques mystères pour moi.

 


Ce site est donc destiné à tous les amateurs de Ducati classiques et de beaux moteurs, même s'ils n'aiment pas spécialement les parallel-twins.

 


 Au passage, je voudrais remercier Matthieu, Sergio,
Dominique alias Gigi, 
Miguel Angel (spécialiste Espagnol des 500 Mototrans),
Phil Aynsley qui m'a gentiment signalé de nouvelles photos de parallel-twins
et tous les autres
à qui je dois des renseignements.




 



 

  

 

Nota:  Plusieurs photos et documents de ce site proviennent d'Internet, 
donc de sites dans lesquels ils étaient insérés sans protection, je les cite d'ailleurs dans le chapitre "liens".
Le reste provient de diverses revues et ouvrages qui sont référencés dans le chapitre "Bibliographie".
Il reste évident que si leurs auteurs le désirent, je peux les retirer de
ce site à but non commercial.

 

 

Ce site est hébergé gratuitement par Awelty qui propose "e-monsite.com" pour les francophones et "doomby.com" pour les anglophones, d'excellents outils de création de site ou de blog ainsi que divers autres services informatiques. Si vous voulez créer un site ou un blog, je vous le recommande vivement.
Des versions payantes sans publicité avec nom de domaine, version Pro, boutique, etc, offrent plus de possibilités et une grande capacité de stockage de documents, entre autres (voir l'annuaire en lien pour des exemples de sites, j'y suis classé en catégorie sport mécanique).

Le site "Ducati parallel-twins" a été créé le 30/10/2008 avec quelques pages pour commencer, ensuite il s'est étoffé petit à petit.
Mon ancien nom de domaine "paralleltwins.com" a été racheté pour 40 Euros et mis en vente en 2015 par un fou des Emirats à 2683 US Dollars, avis aux amateurs fortunés !

Enfin, encore bienvenue ou merci à tous ceux qui viennent sur ces pages.
 

Le "web-mécano" du site, Gérald Lazzeri né en 1952 (à droite sur la photo), ancien officier mécanicien (chief engineer) dans la marine marchande et enseignant dans des lycées techniques en filières BEP mécanique automobile (automotive) et BEP mécanique de marine.
Et n'hésitez pas à me contacter, je me ferai toujours un plaisir de vous répondre.


tt-f1-michel-et-moi.jpg

 

                                         

  

                                                                                                            

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Préparation

 

Epicycle 720 racer
(cliquer sur la photo pour une version agrandissable)

Le summum de la préparation, construite pour les courses de côte par Pete Smith chez Epicycle Racing en Australie, elle développerait 100 hp. Il admet qu'elle est fragile...(source de la photo)
Une autre photo: remarquer entre autres modifications le système anti-plongée sur la fourche ainsi que l'alternateur et l'embrayage à sec, un sacré boulot !
Un petit calcul: 720 cc avec un alésage supposé de 80, ça fait une course de 74,5 au lieu de 52, c'est donc un vilebrequin spécial. Mais Epicycle Racing est spécialisé dans la préparation de Ducati pour la compétition et la fabrication de pièces spéciales.

Epicycle 720 racer 11

 

haut de page

 

 

Vous êtes le 274692ème visiteur

Date de dernière mise à jour : 11/11/2019

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site